The Open

Quand Beckett rencontre Tank Girl, et quand Mad Max relooke Federer.

Extrait 02

Vidéos

Synopsis

L'histoire

Les bombes sont tombées, la guerre est totale. André et Stéphanie n’en démordent pourtant pas : Roland Garros, c’est leur vie ; leur raison de vivre, leur histoire. Et ils organiseront leur Open, coûte que coûte, envers et contre tout. Même sans raquettes, même sans balles, à la seule force de leur foi. Ils y croient. Si fort qu’ils pourraient même convaincre Ralph, guérillero de la plaine, de se joindre à eux. De poser les armes, reprendre sa raquette… et tenter sa chance en finale. Roland Garros !

 

Trois misfits, adeptes d’un air tennis aux enjeux titanesques –et pourtant dérisoires–, s’acharnent ainsi à rêver, alors que la vie devient farce, alors que le monde s’éteint.

Le mot du réalisateur

L'histoire

The Open. Soit deux hommes et une femme qui se battent, balles de tennis imaginaires en main, contre la fin du monde –de leur monde– et la mort de l’humain.

 

Un postulat pour le moins étrange, qui emprunte aussi bien à Mad Max qu’à Beckett. Postulat qui, de fait, ouvre le film à une multitude d’esthétiques, The Open devant autant à Antonioni (la séquence finale de Blow-Up se voyant notamment « rejouée ») qu’à ma fascination pour le tennis, sport westernien au potentiel cinématographique aussi évident que sous-exploité...

Le mot du réalisateur

L'histoire

[...suite]

 

The Open mélange ainsi allègrement sport, conte, SF post-apocalyptique, théâtre de l’absurde, mime, drame intimiste et, dans une certaine mesure, comédie. La Route version Tank Girl –une route cependant peuplée de néo-Federers et autres Sharapovas ; autant d’éléments a priori hétéroclites qui se voient pourtant justifiés, et cimentés, par la trame narrative, parfaitement rectiligne, présidant aux destinées de mes trois personnages, André, Stéphanie et Ralph. Par-delà son esthétique punk, The Open se veut fable humaniste, allégorie d’un espoir éternel, fondamentalement humain.

Le mot du réalisateur

L'histoire

[...suite]

 

Je crois dur comme fer à mon film, à ma fable, et reste persuadé, absolument, intimement persuadé, que nous ne tenons, tous autant que nous sommes, que par et pour les histoires que l’on se raconte –les uns aux autres ou à soi-même ; que nous ne serions rien, pour citer Valéry, « sans le secours de ce qui n’existe pas ».

 

Roland Garros –« the » Open– devient ainsi le lieu des rêves, du fantasme ; et par là-même, la nécessaire, l’absolument nécessaire source de vie de mes trois héros.

 

Marc LAHORE (scénariste & réa)

Hors normes

Tournage

À projet hors normes, tournage hors normes : c’est au cœur des Highlands (et Islands) écossaises, dans les îles Hébrides, qu’a été tourné The Open, long-métrage au budget microscopique, de mi-juin à début juillet 2013. Une increvable équipe de neuf (!) comédiens et techniciens y ont affronté froid, pluie, vent (tempêtes, même), brouillard, boue, sable et autres midges, trois semaines durant : James, Maia, Pierre (comédiens), Marc (réa & cadre), Romain (au son), Jean-Fred (assistant réa), Claire (cumulant divers tafs de prod, régie, déco et de technique pure), Sarah (idem, en sus de sa spécialité initiale, le maquillage) et Ben (producteur associé, régisseur et cuistot, remplacé par Cyril, le producteur, en dernière semaine).

Dantesque

Tournage

Micro-budget oblige, la maigre équipe a souffert, beaucoup souffert, pour tourner, à toute vitesse, son long-métrage en extérieurs, dans des conditions souvent infernales ; Gilliam a vécu son Lost in La Mancha ? Nous avons, nous, vécu notre Lost in the Hebrides ; la grande différence ? Nous avons mené notre film à bout...

 

Bien plus de détails, relatifs à ce tournage rocambolesque ainsi qu’aux muuultiples rôles de chacun, sont à découvrir sur le blog du film : http://blogtheopen.wordpress.com/

 

Bonne lecture à tous et toutes, cinéphiles ou tennismen (and women), geeks ou joueurs de cornemuse, simples curieux en vadrouille…

Marc Lahore

L'équipe • l'auteur

Ayant grandi entre une montagne de VHS et un amas de bandes dessinées, Marc Lahore s’intéresse très tôt à la chose plastique. Projectionniste bénévole puis monteur audiovisuel, il poursuit en parallèle à ses bidouillages techniques un parcours d’angliciste ; féru de littérature anglo-saxonne, pris de passion pour Chaucer et Shakespeare, à peine a-t-il empoché son Capes qu’il abandonne pourtant l’Éducation Nationale, se décidant suite à l’une de ses nombreuses expérimentations vidéo à s'attaquer au court métrage.

 

Réalisateur d’œuvres aux partis-pris formels souvent déroutants, il aime à explorer, ou redécouvrir, des univers pour le moins variés ; et réalise entre 2005 et 2013, pour le meilleur comme pour le pire, un polar SDF (Pirates, lauréat Défi Jeunes), une mini-série historique (Lune Rousse, pour Melting Productions), un film de boxe (KAMI, également pour Melting Productions), une série de (très) courts expérimentaux (L’Agenda, en autoproduction) ainsi qu’une comédie horrifique potache et subversive (DO, pour Broken). Récent lauréat de l’Aide à la réécriture du CNC, il peaufine aujourd’hui La Main gauche de Joe Louis, drame rural pyrénéen, aux côtés de Nicolas Peufaillit (Un Prophète, Les Revenants) et Hélène Tolède-Couronne.

 

The Open, qu'il a écrit, produit (aux côtés de Cyril Cadars), photographié, réalisé et monté (avec l'aide de Benjamin Minet), est son premier long métrage.

James Northcote

L'équipe • le cast

James Northcote quitte Cambridge, son Bachelor of Arts en poche, pour hanter les plateaux ; et se retrouve, à vingt-six ans à peine, au générique des Hauts de Hurlevent (Andrea Arnold, 2011), d’Anna Karenine (Joe Wright, 2012), du Nymphomaniac de Lars Von Trier (2013) et, plus récemment, de The Imitation Game (Morten Tyldum, 2014) ou Patient Zero (Stefan Ruzowitzky, 2016).

Maia Levasseur-Costil

L'équipe • le cast

Maia Levasseur-Costil a joué les premiers, seconds ou troisièmes rôles dans la plupart des films de Marc Lahore, interprétant notamment l’héroïne éponyme de KAMI –rôle pour lequel elle s’est littéralement transformée en boxeuse, gagnant cinq kilos de muscles et se formant au noble art sous l’oeil attentif du champion de kick-boxing Aurélien Duarte.

Pierre Benoist

L’équipe • le cast

Voyou fétiche de Fred Cavayé, Pierre Benoist s'avilit de film en film (Pour elle, À bout portant, puis Mea Culpa…). Comédien aussi accessible qu’il est impressionnant, aussi à l’aise pour causer Molière sur la planches que pour massacrer du figurant devant les caméras, il tournait l'an dernier DO pour Marc Lahore –l’histoire d’un clown Ronald au régime des plus particuliers…

dDamage

L'équipe • les compositeurs

Implanté sur la scène électro mondiale depuis plus d’une dizaine d’années, ce duo est aujourd’hui considéré comme l’un des piliers majeurs de la musique underground en France.

 

Jean-Baptiste (qui travaille notamment aux côtés d'Agnès B, en tant que dDash) et Frédéric Hanak produisent une musique expérimentale, qui a fortement évolué et s'est métissée au cours des ans, mélangeant aujourd'hui plusieurs genres comme le hip hop, l'électro, le punk, le rock, la techno ou encore le chiptune. Ils collaborent avec des rappeurs français (La Caution, James Delleck, TTC) ou américains (Bigg Jus de Company Flow, Mike Ladd, Young Jeezy), des artistes techno tels Bomb The Bass ou Mondkopf, ainsi que divers rockeurs underground –The John Spencer Blues Explosion, Jack Dangers de Meat Beat Manifesto... Très connus au Japon, les deux frères exportent leur musique aux quatre coins du monde.

 

« Rien ne semble arrêter les deux frangins […], qui montrent à quel point l’electronica française sait se débrouiller en dehors des voies habituelles. »

Les Inrockuptibles

Village 42

L'équipe • les producteurs

Fondée par Cyril Cadars en 2012, Village 42 est une société de production audiovisuelle s'attachant à découvrir nouvelles voix et nouveaux regards, alternatifs et curieux –cette volonté de croquer notre modernité, et les vies qui la traversent, ne se limitant nullement à un format, ou un genre, unique.

 

Le premier court-métrage produit par Cyril, Alice au pays s’émerveille de Marie-Eve Signeyrole, avec Emir Kusturica, a été intégralement financé via l'aide des internautes. The Open est le premier long-métrage de Village 42.

Partenaires

L'équipe • les producteurs

Amis, partenaires et coprods nous ont rejoint dès notre retour d'Écosse :

 

Rubykub, structure globale "tout-en-un et touche-à-tout", est une société de production multimédia basée à Bruxelles ; Bruit Blanc est pour sa part une agence éditoriale pluridisciplinaire, Ring Ring Ring un studio de création audiovisuelle fondé par Leigh Hatwell (selon qui "It’s not the destination, but the journey that matters") et StudIO*.KgB une société de postproduction sonore spécialisée dans le long métrage.

 

Tous ont joint leurs efforts pour mener The Open en finale.

Où en est-on ?

[Automne 2016 :] The Open continue son tour des festivals ; notamment sélectionné au BIFFF, au BiFan, à Munich, au CPH PIX ou au Newport Beach Film Festival, il a ramené de Fantasporto les prix du Meilleur Scénario, Meilleur Réalisateur et Meilleur Film de la Semana do Realizadores, de Tours deux prix spéciaux créés rien-que-pour-lui : le Prix spécial de la Critique et le Prix spécial Mauvais Genre, ainsi que, mais oui, douze autres prix au cours des cinq derniers mois. A l'heure actuelle donc, le film s'enorgueillit de 40 sélections et 17 prix. Yippee ki yay, comme dit l'autre.

 

Cela étant, en attendant de voir la bête, et si vous souhaitez nous aider -on parle ici distribution, frais d'envois en festivals (donc) ou communication publique..., c'est en page suivante que tout se passe.

Participer

Agir ensemble

[Automne 2016 :] Nulle action en cours en ce moment...

 

N'hésitez cependant nullement à parler de notre film, à partager ses FB, blog et site, ou à nous contacter si vous avez la moindre question -ou idée pour la suite !

Participer

Nous contacter

VILLAGE 42

 

21, place de la République

75003 Paris

FRANCE

 

Email : cyrilcadars[at]gmail.com

 

Siret : 753 431 493 00018

Directeur de publication : Cyril Cadars 

Contacts

Newsletter

 

 

Abonnez-vous à notre NEWSLETTER et restez informé(e) de l'avancement du projet !

Pour ce faire, inscrivez ci-dessous votre email...